Gare aux Gares ! Photos Trains Histoires du chemin de fer

30 novembre 2014

Inde et Futile : Vivre la mort à Varanasi

Gloire aux anciens, gloire aux morts-nés, aux lépreux et aux femmes torturées.

Tous finiront le crâne fracturé et les os noyés, ici, dans le fleuve sacré.

Bénares, Kashi, Mohammadabad, Rudravasa... peu importe le nom, la cité est la même : Varanasi.

Une des plus anciennes du monde et tout autant spirituelle que Jerusalem, Médine ou Rome.

 mughalsarai

Touriste vous arriverez par les rails probablement en gare du Mughalsaraï.

Un nuage de mouches s'agrippera de suite à vous.

Et ça ne sera pas le lot habituel de bestioles se rabattant sur les pâtes de coins et culs de vaches malpropres que l'on peut apercevoir dans les rues indiennes, mais celui des conducteurs de tuk-tuks et autres taxis de fortune.

Certains vous promettront une course quasi-gratuite, le nez camé et les yeux révulsés.

Vous prendrez alors le dernier venu, par sécurité, pour aller passer votre week-end dans la ville des bains de cendres.

Celle de Vishnou et Shiva que vous croiserez dans chaque hôtel, dans chaque rue et même dans votre sommeil..

Car ici vous ne dormirez pas, faute d'une agitation à toutes heures.

Du bruit comme pour couvrir le silence de la mort et de toutes ces crémations en bordure du Gange.

abblutions matinales au bord du gange

Mais la mort vous la sentirez partout, dans les ghâts, sur le fleuve et dans vos chiottes.

Oui, car si les esprits les plus poètiques déclarent que l'on laisse toujours une parcelle de son âme à Varanasi,

on peut également y perdre une grande partie de ses intestins.

Certainement la faute au choc des cultures...

 

Puis viendra le temps du départ, par la grande gare, celle à la facade blanche comme le sari des veuves hindous.

Vous aurez presque du mal à croire qu'il s'agit là de prendre le train tant le bâtiment et la masse humaine s'y rendant font penser à l'ambiance d'une fête foraine.

Et vous serez d'autant plus interloqués en croisant ces vaches courant sur les quais tels des toros lors d'une encierro à Pampelune ou lorsque vous verrez ces voyageurs pressés se cassant la gueule dans la voie ferrée sous les hourras de la foule.

vache varanasi

Mais malgré le spectacle ils vous faudra s'en aller, pour de bon.

Alors allongé dans votre couchette, certainement partagée avec une bonne demi-douzaine de voyageurs fauchés,

le corps fatigué, amaigri, vous aurez la sensation d'avoir cotôyé la mort au plus près mais de n'avoir jamais été aussi vivant.

varanasi grande gare

 

Posté par Myltiad à 20:47 - - Commentaires [0]
Tags : , , , ,