08 juillet 2010

Alain Souchon - Une voix principale

Alain Souchon aime le train, le rail.

Mais ce dont le chanteur parisien raffole le plus c'est bel et bien le chemin de fer d'antan, celui des nostalgiques.

Quand en 2009 sort le titre " La Compagnie " Alain Souchon n'en est pas à son coup d'essai. Les locomotives, les wagons, les amoureux sur les quais de Gares sont pour lui sources d'inspirations multiples.
C'est par exemple d'un compartiment Corail qu'il chantonne que " La vie ne vaut rien " en 1999 ou bien c'est blasé et maladroit qu'il avoue habiter chez sa grand-mère " derrière le garde barrière " dans " J'suis bidon " en 1976. "

La Compagnie " évoque la grande époque des express européens, celle du temps où les grandes gares parisiennes voyaient chaque soir les grosses bêtes à vapeur prendre le rail pour d'exotiques destinations. Ainsi se côtoyaient le " Napoli Express " qui comme son nom l'indique quittait la capitale française pour rejoindre Naples via Rome; le Paris - Athènes dit le " Parthenon " via Rimini et Brindisi; " l'Arlberg" reliait Paris a Insbruck...etc.. la liste est encore longue..

Alain Souchon fustige à juste titre le démantèlement de ces trains mythiques au profit d'une course à la rentabilité toujours plus pesante de nos jours. Mais attention, l'homme est romantique.

Le monde ferroviaire n'est bien souvent qu'un prétexte pour parler de ses histoires d'amour. Légère idylle comme évoquée dans son titre " Autorail " où le chanteur se retrouvant tout nu à Vittel souhaite l'erreur d'aiguillage pour rester avec sa dulcinée. Balade romantique dans " La Compagnie" ( qui là prend tout son sens), via Beaune, Auxerre, Macon, Avallon et direction Capri où tout sera fini demain matin à l'arrivée.

Vous l'aurez compris, Alain Souchon aime les escapades ferroviaires en bonne compagnie, mais est-ce que même après relecture 3 lignes plus haut rien ne vous choque pour autant ?

Posons efficacement le problème : Comment un train de nuit Paris - Capri peut-il desservir successivement Beaune, remonter sur Auxerre pour refaire machine arrière direction Avallon puis Macon qui exigerait d'ailleurs un léger détour pour rejoindre Ventimiglia..?

Bref, la rime est facile, la réflexion ferroviaire un peu simpliste mais accordons malgré tout à notre chanteur un talent indéniable pour nous conter l'âge d'or d'une époque où les grands express étaient à leur apogée et où l'on pouvait se réveiller au milieu des pins de Toscane après s'être endormi près du périphérique parisien.

A quelques aiguillages près.

 

 

 

 

Posté par Claudiu Sekeru à 21:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

Commentaires sur Alain Souchon - Une voix principale

    Bonjour, dans le genre un poil plus humoritsituqe et toujours dans la chanson française, il y a aussi l'excellent Eric Toulis et son "Dans les TGV"... http://grooveshark.com/s/Dans+Les+T+G+V/4Ypwrm?src=5

    Et encore dans un autre genre, Allain Leprest évoque très souvent l'univers ferroviaire dans ses chansons, souvent c'est le thème de la gare, où l'on échoue, d'où l'on part, où l'on revient, où l'on erre...

    Posté par JJ, 12 septembre 2014 à 15:44 | | Répondre
Nouveau commentaire